Blog

Le Mur Oberkampf

Au départ, un simple mur à Paris. Mais ce mur est devenu mythique. Depuis une vingtaine d'année, le mur Oberkampf voit défiler des artistes internationaux, qui s'expriment sur ce mur à leur manière, de manière éphémère. Notre artiste Spyk, exposé notamment à notre galerie d'art à Liège pour son exposition Photo? du 16 septembre au 22 octobre 2022, a été invité à réaliser une fresque.

Dans les prochains jours, notre artiste SPYK aura l'honneur d'exercer son art sur le mur Oberkampf à Paris. 
 
Le mur Oberkampf se niche à l'angle de la rue St Maur et de la rue Oberkampf, à Paris. Spot de street art le plus célèbre de la Capitale, cette façade murale de 8 mètres accueille des artistes de renommées internationales depuis une vingtaine d'années.
 
Derrière le projet, il y a l'association "Le M.U.R. (Modulable, Urbain et Réactif). Son objectif est de promouvoir l'art urbain, en se réappropriant l'espace publique. Au départ illégal, le mur Oberkampf est désormais soutenu par les pouvoirs publics. 
 
Les premiers artistes sont Thomas Schmitt ou encore Jean Faucheur, dont l'objectif est de détourner l'affichage publicitaire en place. Tous les quinze jours, le mur laisse place à une nouvelle création.
 
Plus qu’un acte destructeur, l’acte transgressif du groupe montre qu’une alternative est possible. Plus belle, plus interactive, plus vivante : celle du street-art. Parallèlement, l’association s’engage à créer une passerelle entre les artistes et le public, à se faire porte-parole d’un art gratuit et accessible à tous. 
 
D‍ans l'esprit du street art, les oeuvres peintes sur le mur seront éphémères. Tous les 15 jours, le mur laisse place à une nouvelle création.

Toutes les techniques sont permises, de la bombe de peinture au collage, en passant par des installations. Plusieurs livres seront notamment édités reprenant les diverses créations qui auront été réalisées.

Parmi les nombreux participants :Pierre HuyguesJacques Villeglé, L’AtlasZevsObey ou encore Miss Tic, pour ne citer qu’eux. 

Depuis, le concept a fait des émules. 26 nouveaux murs ont vu le jour en France et en Belgique. Et, comme le sougine Bob Jeudy, cela n'est pas prêt de s'arrêter: « Les demandes se multiplient de façon spontanée. Tout le monde voudrait avoir son mur. Et désormais, l’accueil des mairies est super. Ma satisfaction, c’est devoir ce concept se multiplier et l’art urbain, vivre une pleine reconnaissance ».

Ce site utilise des cookies

Nous utilisons des cookies pour assurer le bon fonctionnement du site. Vous pouvez consulter nos mentions légales et notre politique de confidentialité pour plus d'informations.